Qu'est-ce que la Mémoire Cellulaire?

La mémoire cellulaire,

un chemin de conscience

La mémoire cellulaire n'est pas une thérapie classique. C'est avant tout une prise de responsabilité de qui vous êtes, un chemin de conscience, "une aventure humaine" vers une quête de sens.

Initiée par Mère et Sri Aurobindo, la mémoire cellulaire n'a pour seul but que de s'intéresser aux informations qui circulent dans les cellules à l'insu du mental.

Nos cellules porteuses de nos mémoires personnelles, parentales et ancestrales vibrent en nous sans que nous en ayons conscience, source de nos maux et de notre mal-être. C'est lorsqu'il y a conflit entre notre mental et notre être profond, la mémoire de nos cellules qui entraîne la souffrance.

Des symptômes vont alors se manifester physiquement par des blocages dans le corps et psychiquement sous forme de troubles émotionnels et comportementaux.

Tout ce qui ne s'exprime pas, s'imprime dans la chair.

La mémoire cellulaire intègre la naissance et tient compte des 18 mois qui la précèdent.

Dès sa conception, l'enfant héritera du "bagage" de la lignée familiale, de son histoire, de sa culture, de ses gènes mais aussi de toutes les informations issues de l'ambiance familiale : émotions, pensées de la mère et du père. Celles-ci seront enregistrées et captées dans sa peau de fœtus. 

 

En l'absence de toute compréhension, l’embryon ou le foetus, dénoué de pensées, interprète de manière limitante tout événement douloureux et traumatisant. Il en fait une croyance, enfermement dont il ne sait pas comment sortir et qui se grave dans le marbre de sa vie d'enfant puis d'adulte, laissant comme une trace dans ses cellules. 

C'est à cette période, appelée "Projet sens" que s'intéresse la mémoire cellulaire. Elle va y chercher l'origine du problème, la 1ère blessure, la cause des causes.

Certaines mémoires peuvent provenir de notre histoire d’enfant mais aussi se répéter sur plusieurs générations. 

Selon les avancées de la neuroscience et de l'épigénétique, cette empreinte cristallisée dans le corps se transmettrait dans les générations suivantes dans le cas de traumatismes refoulés ou non exprimés et en modifierait jusqu'à l'ADN.

Des chercheurs de l'Unige (Université de Genève) ont découvert que les abus laissent une trace biologique dans l'ADN des victimes. Un traumatisme psychologique dans l’enfance peut laisser une cicatrice génétique chez l’adulte. C’est ce qu’ont découvert une équipe de chercheurs genevois en examinant l’ADN d’adultes souffrants de troubles psychiatriques.

Qu'est-ce qu'un  "schéma répétitif "?

"Tout ce qui n'est pas remonté à la conscience nous revient sous forme de destin". C.G.Jung

Ce bagage que porte l'enfant est comme une programmation inconsciente. Dès sa naissance, il sera amené à revivre au cours de sa vie, "sa première blessure", "le premier petit caillou". Celle-ci n'ayant pas été intégrée, va être revécue cycliquement au cours de sa vie. Elle sera réactivée aux travers d'événements, en rapport à une situation, à une personne réveillant cette blessure comme un écho. On parle de schémas répétitifs et de comportements aberrants.

Le schéma répétitif est comme "un arrêt sur image" et tel un disque rayé, il va tourner en boucle jusqu'à ce qu'il y ait une prise de conscience. C'est la façon dont l'individu va toujours répondre, de la même manière alors que cela le fait souffrir.

Ces événements de même résonance, de même vibration  contribueront  à faire grossir ce caillou jusqu'à en devenir insupportables. On parle alors de "cristallisation" agissant comme un blocage dans le corps qui empêche l'énergie vitale de circuler librement.

Le sentiment de dévalorisation - le manque d’amour de soi- les peurs - la culpabilité- l'abandon ou le rejet par exemple ainsi que  tous les scénarios de survie mis en place au moment de la conception jusqu'à la naissance vont ainsi se reconfirmer de plus en plus fort tout au long de la vie jusqu’à polluer tous les domaines de l’existence affective, sociale ou professionnelle.

Ils pourront s'exprimer au travers de différentes répétitions dans la vie de la personne :

 

-Par des événements concrets (accident, licenciements, fausses couches, échecs par sabotage...).

-Par des symptômes physiques ou psychiques (douleurs, anorexie, problèmes de peau, addictions, troubles du sommeil, phobies, etc.) ou bien des maladies.

Ces stratégies qui ont été utiles à un moment, deviennent par la suite de véritables boulets pouvant nous entraîner dans des spirales d’autodestruction en passant par la dépression, le "burn out".

-www.memoiresducorps.com-

Sophie Dauphin

06.66.42.91.14

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now